Refonte des catégories : vers plus de justesse éditoriale

Nouvelles catégories critiques innovation Mais où va le web

Après bientôt un an d’existence et quelques dizaines d’articles mis en ligne, il était temps de faire un refresh des catégories sur Mais où va le Web. Les lecteurs qui viennent et reviennent auront sans nul doute remarqué que tout ce qu’ils ont pu lire ici entrait jusqu’alors dans 3 catégories : L’internet pas content, des barres de web et cultures innovantes. Jolie typologie fourre-tout.

Le triptyque a bien fonctionné pour amorcer quelques réflexions webesques et cultureuses, alors pourquoi changer me direz-vous ? C’est avant tout par souci de cohérence et de justesse : certains articles n’entraient plus vraiment dans les catégories passées ou souffraient d’un grand écart forcé entre deux d’entre elles. Aussi les nouvelles catégories coïncideront avec les billets présents et futurs.

Enfin, affiner, c’est élargir l’horizon. En évitant d’alimenter une catégorie plus qu’une autre, Mais où va le Web conservera un équilibre éditorial. Exhaustivité, curiosité et surtout « challenge » comme on dit en bon français, sont les maîtres-mots des nouvelles catégories de Mais où va le web que voici :

Labo-web

Labo-web est la rubrique « méta » du site. On y parlera écriture, on y critiquera la faune de blogs sans saveurs qui sont injustement beaucoup plus connus que Mais où va le Web. Frustration, déni, satire ; le laboratoire décryptera les méthodes mercatiques et dialectiques qui dénaturent l’écrit au profit de la publicité. Accessoirement, les nouvelles concernant Mais où va le Web à proprement parler auront leur place dans le Labo-web. Ainsi, les bilans divers, les nouveaux partenariats, les changements de rubriques et autres news du site y seront publiées.

Econo-web

Econo pour économie, ça va mieux en le disant. Ortho ou hétéro, on donnera ici des aperçus des économies et des problématiques touchant à l’organisation du monde sous l’angle du partage des richesses, des nouveaux modes de consommation, de l’écologie, de la croissance, du développement humain et technique. Les sciences sociales n’étant jamais isolées les unes des autres, je ne m’interdirai pas de piquer des idées à la rubrique suivante qui parlera philo. Econo-web gardera toujours bien à l’esprit que ce qui nous intéresse en économie sont les changements inspirés par le numérique.

Philo-web

Parce que quand on manque d’inspiration, quelques lignes dans un bouquin de philo vous remettent d’aplomb. L’autre avantage est qu’on peut se contenter de ces quelques lignes et faire semblant d’avoir compris les 500 autres pages dont une bonne partie en latin. Même comme ça, il est possible de pondre des billets astucieux qui auront toute leur place dans cette rubrique. Accessoirement, j’essaierai de temps en temps de lire les 500 autres pages pour donner un minimum de rigueur au schmilblick.

Culture Bit

Impossible d’effectuer une analyse sérieuse sans une référence à un film un peu geek ou à une bande dessinée de préférence Franco-Belge. Qui oserait avancer le contraire ? Je continuerai ici le travail harassant de répertoire des images et des sons qui criaient « innovation » avant que tout le monde n’en parle. Images et sons qui emportent souvent avec eux un recul qui se perd aujourd’hui car les grands penseurs de ce temps sont bien ceux qui dessinent et non pas ceux qui comptent.

Sceptico-net

Nous y voilà, on le sentait venir dans les catégories précédentes : Mais où va le Web est avant tout un site sceptique. Jamais content, circonspect, toujours à critiquer : un digne reflet de la génération Y si toutefois celle-ci n’était pas qu’un concept purement Marketing. Qu’est ce que je vous disais. Bref, des gadgets connectés aux smart-cities, en passant par le transhumanisme et la nouvelle App du jour, l’échafaud critique de Mais où va le Web découpera les matières trompeuses que recèlent les séductions modernes, avant tout par principe.

Unusual Business

Parce qu’il s’agira de se conformer un peu quand même. Dans ce monde si complexe, on n’est plus à une contradiction près : il m’arrivera de relayer les paroles de mes congénères technophiles et technophobes, non sans les teinter d’une certaine distance personnelle. Conférences, expositions, forums et autres cocktails de l’ambassadeur pourront donner lieu à quelques billets de veille sociétale, histoire de rester connecté au monde réel.

Voilà ! Je dois confesser une certaine culpabilité dans cet acte cruel qui consiste à supprimer les anciennes rubriques (L’internet pas content, cultures innovantes et Des barres de web). Désolé mesdames, faut s’adapter, le web ça va vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>