Le Dataïsme est-il un Atomisme ? Une approche philosophique de la Data

Le Dataïsme est-il un Atomisme ? Une approche philosophique de la Data

Quand on parle d’Atomisme, l’image d’Epinal qui surgit est souvent celle d’un flash lumineux en forme de champignon et de militaires en lunettes noires ébahis devant le spectacle. Nous aborderons cependant ici l’atomisme dans sa version philosophique, c’est-à-dire l’assomption que la matière découpée à l’infinitésimal est composée de particules insécables ; les atomes.

Admirer l'atomisme

La philosophie a réduit le monde en particules élémentaires dès le Vème siècle avant Jésus-Christ et a produit une pensée Atomiste déterminante pour l’homme dans son rapport à la nature et au divin. Plus récemment, l’essor de l’informatique et l’apparition des vocables « Big Data » ou « mégadonnée » qui désignent la découpe du monde en éléments informatiques restreints forment une analogie plus que troublante à cet Atomisme antique.

Mais où va le Web, en bon aficionado des nouvelles modes à consonances anglaises que personne ne saisit vraiment prend le parti d’expliquer en quoi la passion révélée pour la « donnée » ou la « Data » conduit à un « Dataïsme ». Ce Dataïsme recouvrant une conception du monde parfois analogue à l’Atomisme, parfois dissonante à certains égards, notamment quand il s’agit d’embarquer une éthique faisant appel à la raison.

L’Atomisme revient à réduire le monde à l’infinitésimal

Atomisme réduire

A la source de tout, il y a des petits bouts de rien. Ainsi pensait Leucippe, repris par son disciple Démocrite. C’était il y a vingt-cinq siècles et l’on nous disait déjà que puisque rien ne se faisait depuis rien, il fallait alors admettre l’existence des atomes et du vide. Si l’affaire peut sembler banale aujourd’hui, il faut comprendre qu’à l’époque l’Atomisme repoussait la possibilité de toute intervention divine. En effet, si ce qui existe est matière, comment un Dieu pourrait-il exister ?

L’atomisme est d’une certaine manière émancipateur pour l’homme. La croyance antique en l’existence des atomes n’est qu’une hypothèse métaphysique car elle n’est pas prouvée scientifiquement (les philosophes grecs n’avaient pas de microscopes…). Pour autant cette hypothèse est à l’origine d’un système de pensée philosophique athée qui recouvre une éthique valorisant la « vie bonne » et la « joie ».

Atomisme et Dataïsme veulent expliquer le monde

Atomisme expliquer

L’Atomisme prétend pouvoir expliquer le monde et ses origines, en ce sens, il est une cosmogonie. Les atomes de Démocrite composent non seulement le monde physique, mais également l’âme et les concepts. La liberté par exemple, serait faite d’éléments insécables tout autant qu’un arbre ou le soleil.

Etrange parallèle s’il en est, avec la Data. Effectivement, les partisans du Dataïsme prétendent pouvoir contenir le monde dans un suite logique de nombres et de données. L’intelligence artificielle elle-même prévoit de « Dataïser » le cerveau humain en le réduisant à des lignes de code et à des algorithmes.

Tout comme l’atome, la Data est totalisante car elle aspire à tout contenir. Tout comme l’atome, la Data est holistique car elle souhaite tout expliquer. Tout comme l’atome, la Data réduit nos actions à des particules insécables, des données, des métadonnées : marcher dans la rue, communiquer, arrêter de communiquer, réfléchir, hésiter devant un magasin, passer sa souris sur une partie d’une page web. Même notre voix, depuis peu analogique est finalement devenue une suite de 0 et de 1, c’est à dire des parcelles de données.

Ainsi, l’individu est réductible à des atomes aussi bien qu’à des données informatiques.

La Data contient les simulacres du XXIème siècle

Atomisme simulacres

D’après l’Atomisme démocritéen, un homme, un arbre ou une foule dans la rue n’ont pas de nature propre. Nous comprenons donc qu’ils sont des composés de matières, d’atomes. Ces atomes ont des formes, ils peuvent être crochus, ronds, et suivent des mouvements. Ainsi, Aristote décrit les atomes de Démocrite comme des petites choses qui « se heurtent et s’imbriquent tellement les unes dans les autres qu’elles finissent par adhérer et se rassembler. »

Aristote et l'atomisme de Démocrite

De ces atomes démocritéens émanent des simulacres qui définissent une réalité tangible. Ce sont des particules ou pellicules invisibles qui s’échappent des corps pour signifier leur existence. Les simulacres sont ce qui fera que quelqu’un vous attirera, vous repoussera, etc.

A l’instar des simulacres, les données sont situées dans l’espace et dans le temps, chacun d’entre nous en dissémine plus ou moins consciemment, via son smartphone, sa navigation Internet, le port d’une montre connectée et bientôt le simple fait de conduire une voiture. Les données sont nos traces passives ou actives, les preuves numériques de notre passage. La Data contient donc nos simulacres modernes, lisibles par qui voudra, ou pourra.

Tout comme l’Atomisme, le Dataïsme est fataliste

Atomisme Fatalisme

Nous disions que l’Atomisme de Démocrite était une hypothèse métaphysique. Par définition, il est plus proche de la prophétie que de la science. Les atomes du Vème siècle avant Jésus-Christ tourbillonnent fatalement pour former le monde et les astres. Leurs trajectoires sont nécessaires (en philosophie, est nécessaire ce qui ne peut être autrement) et revêtent donc un caractère inéluctable. Par conséquent, il n’y a point de hasard dans la philosophie Atomiste.

La Donnée quant à elle, contient également une part de mystique. Le « Big-Data » est un phénomène quasi religieux qui ambitionne de comprendre et anticiper les actions et mouvements humains grâce à un passif de données cumulées en masse, le Big Data se veut prédictif. Le graal du big data, c’est de vous connaître suffisamment pour pouvoir prévoir vos agissements futurs et en tirer un maximum de bénéfices commerciaux. De chacunes des petites parcelles de votre vie Dataïsée découle une valeur sur un marché : celui de la Donnée. Ironiquement, les représentations graphiques du Big Data sont souvent des images représentant… des tourbillons.

Le tourbillon du Big Data déjà vu et revu sur Internet

Le tourbillon du Big Data déjà vu et revu sur Internet

En Atomisme comme en Dataïsme, le nécessaire et le destin sont confondus. Tout ce qui arrive est de la Donnée. Dans son puissant ouvrage La vie algorithmique, critique de la raison numérique, Editions l’échappée, 2015, le philosophe Eric Sadin fait la relation entre « Pixellisme » et Atomisme, bien qu’au fond l’idée soit la même, le Pixel est une notion déjà bien trop complète pour constituer des patterns ou des modélisations mathématiques.

Derrière la rationalité affichée du Dataïsme se cache la promesse de l’immortalité

Atomisme infini

Il faut reconnaître à l’Atomisme antique une contribution à la rationalisation du monde. Il a ramené l’homme à la réalité en écartant la logique transcendantale, soit le rapport au divin.

Paradoxalement, le Dataïsme, dans son chemin vers la rationalisation absolue du monde, a construit une nouvelle transcendance (ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le film de science-fiction de Wally Pfister avec Johnny Depp et dont le sujet est l’intelligence artificielle s’appelle justement Transcendance). En effet, la donnée prédictive promet énormément, on justifie souvent la recherche en informatique par sa capacité à ordonner, simplifier et sécuriser le monde. L’avenir radieux des technologies modernes, c’est la santé retrouvée, l’accès au bonheur et enfin : l’immortalité, l’accès au divin.

En ce sens, la Data, au delà de ses aspects marketing, est un nouvel Eden. L’Atomisme avait brisé le dualisme entre âme et corps. Le Dataïsme nous ment et perd son caractère atomiste quand il veut renouer avec ce dualisme en nous vendant le fantasme d’une vie projetée dans le virtuel et l’éternité, souvent via la consommation sans fin de produits technologiques qui nous sortent du réel.

 Le Dataïsme veut tuer les sciences sociales

Atomisme penser

Alors, le Dataïsme est-il vraiment une émanation de l’Atomisme ? Malgré les apparences, il semblerait que non. La pensée philosophique grecque a profondément changé le rapport au monde, il est encore difficile de savoir si la Data mérite vraiment un suffixe en -isme ou si son existence n’est qu’un isthme vers une pensée plus aboutie. Pour le moment, la Data embarque une éthique utilitariste, donc irraisonnée. Son objectif est essentiellement économique et son application brise les frontières privées des individus.

Par ailleurs, si l’Atomisme a relégué la religion au second plan et a contribué à une meilleure compréhension des éléments, le Dataïsme érige la donnée en un savoir absolu et suffisant. Ceci est flagrant quand on lit les partisans d’un Dataïsme exacerbé comme Chris Anderson, éditeur en chef de la revue Wired qui écrivait en 2008 :

« This is a world where massive amounts of data and applied mathematics replace every other tool that might be brought to bear. Out with every theory of human behavior, from linguistics to sociology. Forget taxonomy, ontology, and psychology. Who knows why people do what they do? The point is they do it, and we can track and measure it with unprecedented fidelity. With enough data, the numbers speak for themselves. »

Il est évidemment très fâcheux de prétendre que la Donnée est ou sera un jour en mesure de saisir à elle seule les comportements humains. Les sciences sociales ne se résument pas à des études statistiques et je reste convaincu qu’aucune machine n’aura ni ne tuera les intuitions proprement humaines.

Le Dataïsme, un mouvement d’avenir ?

Atomisme avenir

Non, le Dataïsme n’est pas un mouvement d’avenir. D’ailleurs peut-être n’existe-t-il même pas vraiment comme concept philosophique. Le Dataïsme est sûrement plus proche d’un mouvement de mode original à l’intérieur duquel les substances que nous laissons derrière nous nagent ici et là dans un vide infini et éternel.

L’important est sans doute de se souvenir de l’impact de l’Atomisme, puis du matérialisme qui en découla sur la civilisation humaine. L’Atomisme est une théorie courte mais majeure et au même titre, la place des données dans nos vies sera également majeure et devra être soumise au prisme parfois un peu tordu de la philosophie. En attendant, comprenons bien que si l’homme ne vit plus sous le regard des dieux, il ne devrait pas se mettre à vivre pleinement sous le regard des collecteurs de données, est-il encore besoin de les nommer ?

fleuron

4 comments

  1. Bravo pour cet article, c’est passionnant !
    J’aime beaucoup le lien mis en évidence entre la conception métaphysique selon laquelle tout est Donnée (ou/et logiciel) et l’hystérie des singularistes et big dataïstes. C’est vrai que c’est une conception du monde vraiment taillée sur mesure pour supporter leurs espoirs.

    Ceci dit, je trouve que la conception métaphysique « digitale » du monde est très esthétique. Voir l’ADN ou la vie comme un logiciel est attirant. J’ai été assez influencé par Chaitin sur ce sujet https://www.youtube.com/watch?v=RlYS_GiAnK8 . Je dis esthétique sans gène ici, ce ne sont pas des idées scientifiques, on ne dérive pas des prédictions, ce sont des cadres de pensée impossibles à prouver ou falsifier. Je suis en accord avec le tout dernier paragraphe et cela ne me parait pas invraisemblable que le réductionnisme materialiste a contribué à l’essor d’une certaine science. Sous cette hypothèse, le réductionnisme digital est peut-être aussi une perspective tout aussi fertile (et pas seulement pour les approches dénoncés dans l’article) mais pour des domaines plus fondamentaux comme la modélisation cognitive ou la biologie (cf la vidéo de Chaitin). Du coup quand j’y repense, si je trouve que le lien fait entre les data-illuminés et ce réductionnisme est vraiment interessant, j’ai aussi l’impression que cela provoque un glissement en donnant des intentions au Dataïsme. Si je trouve que l’approche de Chaitin est fertile, je me retrouve catégorisé comme dataïste ou sympathisant de dataïste, je crois ainsi dans les promesses du bigdata, le téléchargement d’esprit, et veut jeter les sciences sociales. Arf ! Je démens ces accusations !
    miaou

    Reply
  2. Heureusement, les sciences sociales ont tué Chris Anderson depuis longtemps :)
    Joli essai, même si mes lacunes présocratiques m’ont sans doute fait rater des choses.

    Reply
  3. Bon, j’ai pris rendez-vous chez le docteur.

    J’ai aussi contacté la FAC « Blogourous », pour m’inscrire.
    Ensuite, j’ai pris contact avec l’église des Dataïstes, pour un séminaire sur le compréhension du monde au travers des bits sociaux, etc…

    Sinon, bon billet comme ont dit sur la toile hein ^^

    PS : Ce que je sais, c’est qu’avec le big data, on va l’avoir bien profond, mais ça… tout le monde s’en tape. Avé Data \o/

    Reply
  4. Haha, merci ! Je vois que ça se lâche un peu c’est bon ça ! Pour le Blogourou je le note sur un coin de table mais il y a tellement de choses à faire qu’on risque de ne rien faire. Mais on peut toujours en reparler entre 2 bon billets bien tordus. Sinon, je crois sincèrement que si tu ne t’occupes pas du Big Data, il s’occupera de toi, mais je crois qu’à la base ce dicton parlait des concombres. Enfin bref.

    J’en profite pour remercier @Miaou pour son commentaire avisé, je me sentais pas de répondre avant d’avoir vu la vidéo en lien mais j’en ai regardé un morceau et je compte bien la finir. Ravi que ça vous ai plu, sachez que je vous accuse de Dataïsme et que je l’assume, attendez-vous à une lettre, euh, un mail, de cachet.

    @Baptiste, merci également, je me doute bien qu’avec toi les sciences sociales ont encore un peu d’avenir, ça serait bien qu’on en cause sur mais ou va le web, mais bon je dis ça, je dis rien ;)

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>