Nothing to hide ? Êtes-vous sûr de ne rien avoir à cacher ? [documentaire, Interview]

Nothing to hide cover2

Le documentaire Nothing to hide portant sur la surveillance de masse vient de terminer avec succès sa levée de fonds sur Kickstarter. L’espionnage numérique industrialisé par les acteurs du web et les agences de renseignement est un sujet déjà bien positionné dans le paysage médiatique, à tel point qu’en parler relève presque de la banalité et l’on entend souvent dire qu’après tout, la surveillance généralisée est un non-sujet pour ceux qui n’ont « rien à cacher ».

En partenariat avec Mediapart, les réalisateurs du documentaire ont voulu montrer à quel point cet argument était dangereux. Interview.

 Mais où va le web |  Qui êtes-vous et comment est née l’idée de réaliser ce documentaire ?

 Marc Meillassoux, Nothing to hide  Mihaela travaille dans une télévision collaborative allemande, où elle s’occupe des productions externes et modère des émissions. Je suis journaliste indépendant en Allemagne depuis plus de cinq ans, principalement pour la presse écrite, je collabore à des reportages et documentaires télévisuels.

La bande annonce de Nothing to hide

Quelle est votre ambition avec « nothing to hide » et quels impacts voudriez-vous avoir sur vos spectateurs (et au delà) ?

On est parti d’un constat : tout le monde reconnait que les régimes de surveillance ont été des catastrophes sociétales et humaines. Pourtant Edward Snowden l’a démontré dans ses révélations - notamment à travers le programme PRISM de la NSA - : tous les services apparemment gratuits que nous utilisons au jour le jour (Facebook, Skype, Gmail, WhatsApp) récoltent des millions de données sur nous, à des fins à priori uniquement commerciales. Les services de renseignement et les Etats peuvent ensuite se servir dans ce puits sans fonds (des millions d’informations sur chacun d’entre nous). S’il le fait pour combattre le terrorisme, personne ne peut y voir d’inconvénient, mais jusqu’à présent toutes les études – y compris celles de la Maison Blanche – ont montré que c’était non seulement parfaitement inefficace mais même contre-productif. Si l’Etat commence à s’en servir comme instrument de contrôle social – pour cartographier sa population, les groupes sociaux, ethniques, mettre sous pression des groupes politiques ou exercer une censure – notre démocratie est mise en danger. L’Histoire n’est pas tendre avec les Etats de surveillance.

Concernant l’impact que nous voudrions avoir, on ne dit pas aux gens de sortir de la technologie, de quitter Facebook et Google du jour au lendemain, mais on veut leur dire que la vie privée en ligne n’est pas réservée aux geeks et hackers.

Chacun peut commencer quelque part, avec les bons réflexes, les bons outils et un peu de curiosité. Uiliser Firefox et même le navigateur anonyme Tor plutôt que Google Chrome et Safari, utiliser des modules anti-trackers, des moteurs de recherches alternatifs à Google etc… Snowden le dit: le seul moyen de contrecarrer la surveillance est d’en augmenter le coût. Ca passe par une prise de conscience et une réaction collective à grande échelle. On veut dire aux gens que c’est accessible et un acte citoyen. Que la réponse politique ne viendra que s’il y a un intérêt et des revendications au sein de la population civile.

Dans son récent ouvrage L’empire de la surveillance, Ignacio Ramonet déclare que nous avons tous quelque chose à cacher. Beaucoup pensent le contraire, pourquoi ont-ils tort ?

On peut prendre le problème de deux manières :

La première approche est de prendre les cas individuels, ça prend au maximum 15 minutes avant que la personne qui pense n’avoir « rien à cacher », se rende compte que c’est faux.

Chacun a une histoire et une sensibilité particulière à la surveillance et à la vie privée: certains seront agacés de recevoir des publicités basées sur leur dernière recherche Google, d’autres savent par expérience que certains épisodes médicaux (dépression, cancer) pourraient les mettre en difficulté s’ils venaient à être connus, d’autres seront gênés que l’Etat aille fouiner dans leur déclaration d’impôt ou qu’une banque se base sur leur réseau d’amis pour définir un taux d’intérêt pour un emprunt…

Lorsque les gens disent « je n’ai rien à cacher », ils disent en fait « je me moque de mes droits ». […] Si vous cessez de défendre vos droits en disant : « je n’ai pas besoin de mes droits dans ce contexte », ce ne sont plus des droits. […] Vous les avez convertis en quelque chose dont vous jouissez comme d’un privilège révocable par le gouvernement […]. Et cela réduit l’étendue de la liberté au sein d’une société.

La seconde approche, selon nous la plus importante, est de comprendre qu’une société sans militants écologistes, sans journalistes d’investigation, sans secret médical ou professionnel, sans lanceurs d’alerte, sans juges indépendants est une société qui à terme s’enfoncera inéluctablement dans le totalitarisme. Les utopies communistes peuvent en témoigner.

Quelle est la particularité de « nothing to hide », dans un contexte ou les révélations sur la surveillance font déjà couler beaucoup d’encre ?

La surveillance a donné lieu à de nombreux documentaires : Citizen Four sur Edward Snowden, Arte a fait plusieurs sujets et il y a plusieurs « biopics » sur les hackers, par exemple The Hacker Wars. Mais il n’y a encore jamais eu de documentaire qui parlait de quelque chose de fondamentale: le rôle que chacun de nous jouons dans celle-ci. Nos discours, nos comportements en ligne, nos négligences et nos lâchetés. La nouvelle forme de surveillance digitale repose avant tout sur une chose : nous.

La vie privée telle que nous la concevons aujourd’hui est-elle relative à notre temps ? En avons-nous fini avec elle ?

La vie privée a toujours été un enjeu majeur. Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la CNIL, dit quelque chose de très juste : « La vie privée est la mère des autres libertés ». Est-ce que Bob Dylan serait devenu Bob Dylan s’il s’était senti écouté quand il jouait ses premiers accords de guitare ? Pourquoi chantons-nous sous la douche ? Où commence la création, le questionnement ? Les mouvements d’émancipation auraient-ils eu lieu si leurs protagonistes n’avaient pu se réunir, échanger de manière confidentielle ? Auraient-ils contesté l’autorité de l’Etat si celui-ci avait-eu accès à l’intégralité de leur vie privée ?

Nothing to hide cover3

La phrase « si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre » a un triste auteur : Joseph Goebbels, le ministre de la propagande nazi. Associer le secret à la faute est un biais de pensée fatal. A un niveau plus personnel : vous ne direz pas à un agent de l’Etat ce que vous direz à votre meilleur ami, ni à votre belle-sœur ce que vous dites à votre frère : à chaque fois nous faisons des choix contextuels et souvent nous cachons des choses. Cela ne fait pas de nous un criminel. C’est même une caractéristique du genre humain : sa conscience et son libre arbitre.

Du point de vue des dirigeants, si la surveillance de masse est réellement inefficace, alors pourquoi s’entêter à la renforcer ?

C’est précisément la question qu’on est en droit de se poser : pourquoi diminuer les moyens matériels et humains sur les programmes de surveillance ciblée pour se perdre à récolter des millions d’informations sur des millions de personnes. Pourquoi grossir la meule de foin pour trouver l’aiguille terroriste alors que le travail d’infiltration et d’enquête sont de l’avis des juges antiterroristes les seules méthodes payantes. Pourquoi les attentats de Paris, Boston, Londres, Copenhague ont-ils eu lieu, malgré la surveillance de masse ?

Maintenant que votre campagne de crowdfunding a réussi, quelles sont les prochaines étapes et quand auront-nous la chance de voir votre documentaire ?

Nous avons reçu un apport financier qui va nous aider à continuer et finir le documentaire dans de meilleures conditions. Nous remercions d’ailleurs sincèrement les 400 contributeurs pour cela.

Nous avons aussi noué beaucoup de contacts, dans le milieu de la production, des médias, des institutions, des activistes et tout simplement de gens sensibles au sujet qui nous ont proposé leur aide. Face à cet élan, on essaie de gérer au mieux, le documentaire est à la fois urgent et nécessite pas mal de travail. On s’était fixé le début de l’été comme date de sortie. On espère le tenir.

Enfin, avez-vous des remarques à faire sur la loi sur le renseignement votée récemment en France, qui va dans le sens d’un rapprochement avec le Patriot Act nord-américain ?

Il y a effectivement des ressemblances saisissantes entre les deux textes. Là-dessus je laisserais la parole à Thomas Drake et William Binney, deux lanceurs d’alertes interviewés par Nothing to Hide qui expliquent l’impact du 11 septembre et du Patriot act sur la démocratie américaine (voir vidéo) :

Pour suivre d’un peu plus près le futur de Nothing to hide, rendez-vous sur le site Internet du documentaire, suivez également le compte Facebook et le compte Twitter du projet, qui relaient régulièrement les infos qu’il faut suivre de près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>