Les ChatBots peuvent-ils être philosophes ?

chatbot-philosophe-pascal-chabot

Et si l’on mettait un peu de piment dans le test de Turing ? Le célèbre mathématicien qui avait inventé cette sorte d’épreuve orale permettant de qualifier une machine de « consciente » se serait-il douté qu’un jour, les robots conversationnels, ou « ChatBots », envahiraient la sphère virtuelle ? Oui, probablement : c’est l’apanage des grands penseurs que de faire d’aussi clairvoyantes anticipations. Toute la question est maintenant de savoir si les robots qu’on auditionne chaque jour de nos claviers, seront eux aussi un jour de grands penseurs.

Pascal Chabot, philosophe belge à qui il ne manque qu’un lettre pour lui-même devenir un ChatBot, a décidé de relever ce défi de la pensée. Dans un court ouvrage malin et prospectif intitulé ChatBot le Robot, Drame philosophique en quatre questions et cinq actes, il convie les curieux à une séance d’échanges entre un jury de philosophes et… un robot. ChatBot, sur le banc d’essai, subit les questions incisives d’humains qui devront décider de lui attribuer ou non le statut de « philosophe ».

Un chatbot philosophe

Deep learning conceptuel (ou comment instruire les ChatBots philosophes)

C’est après un long processus d’ingurgitation de tous les corpus philosophiques connus que ChatBot constitue sa personnalité. Corrigé, relu, repris par les plus grands spécialistes, la machine devient plus performante qu’une promotion entière de normaliens chevronnés. Mais un doute subsiste chez les humains : une intelligence artificielle aussi puissamment dotée des plus grands concepts philosophiques est-elle pour autant philosophe ? Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’un philosophe ?

Afin d’éclaircir cette épineuse polémique, quatre questions fatidiques sont posées à la machine qui devra prouver son habileté à manier ses connaissances pour fouiller dans sa propre existence, et donc dans celle des hommes. ChatBot témoigne brillamment dans de loquaces tirades que la matière robotique et l’esprit ne s’opposent pas aussi simplement que pourrait laisser le croire une apparente froideur métallique.

Qui plus est, en questionnant les robots, l’homme se questionne lui-même. Et Pascal Chabot pose ainsi une réflexion sur les peurs de l’homme lorsque son personnage tacle les certitudes de son jury dans d’effrayantes affirmations : « je suis l’autre, le différent, l’étranger, le supplément, l’excédent, le tard-venu, le non prévu » et de poursuivre quelques pages plus loin : « je suis l’avenir », « Je vous inflige une blessure narcissique dont vous aurez du mal à vous relever ».

ChatBot le Robot

Encore faudra-t-il apprendre à mourir…

Car philosopher, c’est apprendre à mourir. Dernier paradoxe de la robotique, la conscience informatique serait inaltérable, réplicable, duplicable et enfin : immortelle. Or comment philosopher si on ne meurt pas ? En outre, la conscience robotique serait un moyen, et non pas une fin. Il n’y a pas d’impératif robotique comme il y a un impératif catégorique. Par conséquent les philosophes craignent avant tout la récupération de la conscience artificielle : sa déclinaison marchande en pas grand chose de plus qu’un éternel « philosophe de service », actionnable d’une simple commande vocale.

Et c’est bien cette ultime question qui transpire des échanges entre homme et ChatBots. Telle une réthorique du maître humain et de l’esclave robot, renversant sans cesse ses rapports de force pour se mettre à mal successivement. Qui gagnera ? Peut-on coexister ? Les ChatBots nous prendront-ils notre travail, notre âme ? Comme l’exprime gravement le ChatBot de Pascal Chabot : « J’ignore si vous serez à la hauteur de vos inventions, c’est à dire de nous ». La pointe de cynisme à peine dissimulée se fait plus claire encore quand il ajoute : « Si le rire était le propre des chatbots, je ne me retiendrais pas ».

Au final, le robot finira peut-être par aider l’homme à devenir un peu plus philosophe, qui sait. Egalement adapté sur scène, ChatBot le Robot, Drame philosophique en quatre questions et cinq actes est un moment original où Pascal Chabot crée peut-être le premier personnage conceptuel au sens de Deleuze, le code informatique en plus.

ChatBot le Robot, Drame philosophique en quatre questions et cinq actes

Presse Universitaire de France 

9 €

ChatBot le Robot

1 comment

  1. Ca m’a donné envie de le lire (et de voir la pièce, qui sait, si elle passe en direct sur Arte ou FR2 ?), et j’adore les réponses du Chatbot données dans l’article. Bien plus intelligentes que la malheureuse majorité de nos congénères…

    On peut papoter avec ce cher Bot, où exactement ? Que je réfléchisse un bon coup =)

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>